décembre 2017
LMaMeJVSD
«nov  
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Login

Les esquives

Jamais statique !!!

Un des secrets de l’Aïkido est de ne jamais rester statique. On ne doit pas se faire prendre son centre. Tori cherche systématiquement à contrôler le centre d’Uke. Même si le danger vient du sabre,du poignard,de la main,du poing,du bâton,Tori ne sera pas focalisé sur l’arme ou la main mais l’axe,le centre. Uke cherche,lui aussi à contrôler le centre de Tori lorsqu’il attaque,ce qui “met du piment” aux échanges…

Il est difficile de trouver des points de repère dans l’espace et l’instant en pleine action. Le travail de Tori sera de s’en créer de fictifs,et toujours dans l’anticipation.

Les premiers cours d’Aïki commencent systématiquement par l’apprentissage des déplacements appelés aussi esquives. Malheureusement,on les découvre et on les travaille en ligne de façon scandées. On peut,par cette méthode,engrammer une façon assez rigide “militaire” de se déplacer. Pourtant les déplacements doivent permettre de “s’approprier” tout l’espace,tout le Dôjô en jouant autant avec l’espace qu’avec le temps. Tori doit se sentir totalement libre.

On dispose pour l’apprentissage de plusieurs façons de se déplacer. Le point commun de tous les déplacements sera:

1°) de travailler bas 2°) sans “montagne russe”,3°) le corps toujours d’aplomb*,buste bien vertical et regard à l’horizon.

* le fil à plomb est toujours dans la poche de l’aïkidoka. Il relira le menton à son nombril

> TAI SABAKI:grand déplacement avec échange des jambes

>IRIMI: glissade avant légèrement de biais pour éviter la frappe,anticiper et ne pas que les orteils entre TORI/UKE ne s’entrechoquent.

>TENKAN:pivot sur pied avant

>HENKA: pivot sur place (sans changer de jambe

>HIRAKI: déplacement sur le coté (utilisé surtout en AIKI-BUDO)

Ces divers déplacements peuvent se combiner entre eux.

Le point commun de tout ces déplacements est le fait de “surfer” sur le tatami. Il ne s’agit jamais de pas à proprement parlé mais de pas glissés. On “caresse” le sol,les pieds comme aimantés,toujours en contact. On entendra par ce fait,jamais aucun impact de pied au sol. Par contre,on peut se permettre (et il faudra largement en abuser) de varier les écarts,grandes ouvertures,fentes avant,et autres belles ouvertures des pans du hakama.